Ondine a bénéficié d’une bourse AFS qui lui a permis d’effectuer un programme scolaire de deux mois en Australie en 2015 via l’association AFS Loire-Atlantique Vendée. Elle nous raconte son parcours et son expérience d’immersion culturelle depuis l’Italie, où elle passe actuellement une année scolaire !

 

Quelles démarches as-tu effectuées pour obtenir une bourse avec AFS ?

J’ai découvert l’existence des bourses AFS grâce au site Internet de l’association. Au niveau des démarches, j’ai écrit une lettre de motivation, de même que mes parents ont aussi écrit une lettre adressée au comité de l’association en charge des bourses. Le bénévole AFS nous a accompagnés pour valoriser le dossier. Il m’a également appelé pour me demander des informations complémentaires en vue de les ajouter. Au final, j’ai obtenu une bourse d’un montant de 400 euros.

As-tu mené des actions complémentaires pour financer ton programme AFS ?

Accompagnée de ma meilleure amie, j’ai fait du porte à porte dans le voisinage avec des muffins, en portant un bonnet AFS et avec le livre expliquant l’histoire de l’association pour parler de mon projet. Malheureusement, mon voisinage est essentiellement constitué de personnes âgées qui n’avaient forcément pas les mêmes rêves d’un jeune de 15 ans… Certains ont écouté, d’autres non. Résultat, je n’ai gagné que 30 euros. Mais, au moins, j’ai essayé ! Je me suis également inscrite sur un site et j’ai glissé des petites annonces pour proposer du soutien ou du babysitting dans les boîtes aux lettres du voisinage. Mais on ne trouve pas facilement de babysitting en Vendée car les familles confient souvent les enfants à leurs grands-parents qui habitent le plus souvent à deux pas.

En quoi l’aide financière proposée par AFS a pu t’aider à partir ?

Cela a aidé au niveau de l’équilibre familial : mes parents ont ainsi pu me soutenir financièrement pour que je puisse réaliser mon rêve, sans priver les deux autres enfants restés à la maison.

Comment s’est passé ton séjour dans ta famille d’accueil ?

Mon séjour s’est passé à merveille !

Ondine_3

Qu’est-ce que ton expérience t’a apporté personnellement ?
Dans mon discours de fin de séjour, j’avais fait un bilan de ce que m’avait apporté ce programme scolaire de deux mois en Australie. J’avais repris ces mots dans une vidéo, « Final report », sur ma chaîne vidéo (Ondine quand?) :

Ces deux mois m’ont permis de :

  • Me défier en m’adaptant à une autre culture.
  • De vivre à l’autre bout du monde, si loin de mon “chez moi” et d’en trouver un autre.
  • De réaliser que les différences sont des avantages et que le rire est un langage universel.
  • Cela a aussi changé certaines idées que j’avais pour mon avenir.
  • De superbes rencontres, de nouveaux amis internationaux et la possibilité de voyager pour aller les revoir. Par exemple, j’ai été en Allemagne pour la première fois en avril 2016.
  • De nouvelles perspectives et une plus grande ouverture d’esprit.
  • Et, bien sûr, cela m’a permis d’améliorer mon anglais.

Penses-tu que cette expérience aura une influence sur ton parcours universitaire, voire professionnel ?
Oui, ce que j’ai pu tirer de mon expérience est un avantage que je mettrai en avant.

Quels sont les plus beaux souvenirs de ton séjour ?
Je me souviens du week-end de mon anniversaire, où nous sommes allés à Hobart, la capitale de la Tasmanie. On s’est levés tôt pour aller admirer le lever de soleil depuis le Mont Nelson. Ce fut splendide ! À l’école, j’ai découvert et apprécié tous les cours que je n’ai pas en France : musique, cuisine, théâtre, etc. J’ai adoré participer aussi au groupe de musique « The string band » tous les lundis soirs juste après les cours. Je me suis vraiment amusé et j’avoue que j’ai aussi souvent amusé les autres élèves. Enfin, je me souviens aussi des jeux de cartes le soir avec ma famille d’accueil, qu’est-ce qu’on a pu rire !

Ondine

À quel moment de ton parcours scolaire es-tu partie ?
Je suis partie les deux mois de l’été entre mes années de Seconde et de Première. Cette expérience nous a donné suffisamment de confiance, à mes parents et moi, pour que l’on organise nous-mêmes une année scolaire en Italie, où je suis actuellement. Je séjourne chez ma grande-tante, et cette année italienne s’intercale donc entre mes années de Première et de Terminale.

Est-ce que le fait d’avoir pu partir grâce à une bourse a été pour toi une source de motivations supplémentaire ?
Le fait qu’une bourse m’ait été accordée m’a amenée à penser qu’en effet, j’avais dû être convaincante dans ma lettre et j’avais un bon dossier. Cela a boosté la confiance que j’avais dans l’idée que mon séjour allait bien se passer.

Que dirais-tu à un jeune, qui ne pourrait pas partir avec AFS sans une aide financière, pour l’encourager à demander un accompagnement par les bénévoles de son association AFS locale en vue de monter un dossier de demande de bourse ?
Qui ne tente rien n’a rien ! Si tu le veux vraiment et que tu fais de ton mieux pour le montrer, alors tu as des chances que l’on t’accorde une bourse. Et puis si jamais tu ne l’obtiens pas, dis toi que ça sera pour plus tard, il ne faut rien lâcher !

Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui hésite à partir avec AFS ?
AFS prépare vraiment bien ses « exchanges students » comparé à d’autres organisations. Et crois-moi, la préparation est aussi enrichissante qu’importante. Si tu habites en Loire-Atlantique ou en Vendée, tu m’y rencontreras sans doute car je compte devenir bénévole dès mon retour d’Italie. En plus, les familles d’accueil ne sont pas rémunérées, ce qui est un gros plus dans leur motivation de t’accueillir !