Afin de parfaire ta préparation et ta connaissance de ton futur pays d’accueil, en cliquant sur le lien suivant, tu as accès aux documents d’information et de préparation que chaque pays AFS propose à ses futurs accueillis. Les documents sont classés par continent puis par destination.

Ces documents contiennent des informations importantes sur la culture du pays et les précautions à prendre avant le départ, mais aussi sur des aspects très pratiques et quotidiens de la vie. Le pays partenaire s’attend à ce que vous ayez lu ces documents. Ces documents sont en anglais simple et il n’existe pas de version en français, mais n’hésitez pas à demander de l’aide si nécessaire.

Tu peux également consulter le Guide des pays 2017-2018 qui comprend toutes les destinations que nous proposons (en français).

Des informations supplémentaires pourront aussi t’être utiles concernant : la langue du pays, l’acceptation des terminales dans le pays, les informations générales sur la destination, la nécessité d’étudier la langue avant le départ, et enfin, les informations concernant le visa.

Sur le lien suivant, tu trouveras un Tableau récapitulatif des programmes par destinations en un clin d’oeil.

Lis bien tout attentivement et n’hésite pas à nous contacter si tu as des questions.

 

Afrique

Il est très important que l’envie de partir en Afrique ne soit pas uniquement pour apprendre à parler l’anglais. Ces pays nécessitent une bonne préparation à l’interculturel et des participants désireux de vivre une expérience en Afrique.

Amérique du Nord

La destination Canada est disponible dans le cadre de notre programme Echange deux ou trois mois. Pour ce programme, les jeunes sont placés dans la Province de l’Ontario. Comme le Canada est une terre d’immigration, les placements peuvent se faire dans une famille dont l’anglais n’est pas la langue maternelle.

*********************

Les familles aux Etats-Unis sont parfois très religieuses et très traditionnelles.

La grosse majorité des placements aux Etats-Unis se fait  à la campagne, ou dans des petites villes ou il a beaucoup mois de transport public qu’en France. Les adolescents dépendent de leurs camarades qui ont le permis à 16 ans ou de leur famille d’accueil pour se déplacer.

Même si l’enseignement se fait en anglais sur tout le territoire américain, il faut garder en tête que les familles hispaniques sont nombreuses aux Etats-Unis. Ainsi, il est possible qu’un jeune placé en Arizona ou dans le sud de la Californie soit dans une famille parlant l’espagnol.

L’expérience AFS aux Etats-Unis est très éloignée du rêve hollywoodien ou des séries télévisées.

Amérique du Sud

Il est assez difficile de généraliser sur les pays d’Amérique Latine, mais voici quelques informations qui peuvent vous être utiles : la structure familiale est très forte et assez traditionnelle, ce qui laisse peu de place à l’indépendance des jeunes, surtout pour les filles (cela peut trancher avec l’image « festive » de l’Amérique Latine). Comme dans tous les pays, il y a des règles de sécurité à respecter qu’il est indispensable de continuer à observer tout au long du séjour, même lorsqu’on est bien intégré et que l’on se sent comme un citoyen du pays. Les familles d’accueil sont vraiment issues de tous les milieux sociaux, très riches (villas, résidences gardées…) comme assez pauvres.

Les pays d’Amérique Latine, où la vie de famille est très importante, ne sont pas un bon choix pour un jeune très indépendant.

A l’exception du Chili qui a un système scolaire assez exigeant et académique, les autres pays d’Amérique Latine ont un système scolaire beaucoup plus souple. La relation professeur/élève est formelle et le travail personnel demandé aux élèves n’est pas très exigeant. Les très bons élèves et les « gros travailleurs » peuvent même s’ennuyer un peu sur le plan scolaire.

Asie

De manière générale en Asie, l’accent est mis sur la nécessité de s’adapter à la culture du pays, plus qu’à un esprit de partage interculturel.

Ce sont des pays où on ne montre pas ses émotions, où on sourit constamment. Il faut savoir décoder les réponses. Quand un jeune demande quelque chose, on ne lui dira pas non, on lui dira oui, et ce sera au jeune de savoir si c’est un oui franc, un oui mais, un oui peut-être ou un oui plutôt non.

En règle générale, pour avoir une expérience réussie, il faut accepter de lâcher prise, prendre conscience que les codes et les habitudes sont très différents des nôtres. Ne pas essayer de tout comprendre ! Comme disait une ancienne participante au Japon : « il faut passer en mode  japonais ».

Europe

A l’heure de la construction européenne, avoir vécu en Allemagne, en Italie ,aux Pays-Bas, en Autriche, en Bosnie, en Hongrie ou dans n’importe quel pays de l’Union Européenne est un véritable plus pour l’avenir. Cela permet de connaître en profondeur la culture de ces pays qui sont proches de nous mais à la fois si différents.


Les destinations scandinaves sont parfois conseillées pour progresser en anglais. Si l’anglais est très présent au quotidien, que le niveau moyen est plus élevé qu’en France et qu’il servira de langue de communication au début, il est toutefois indispensable que les jeunes apprennent/étudient sérieusement la langue de leur pays d’accueil. Les AFS scandinaves facilitent cette démarche au maximum. Les familles d’accueil prennent très mal que leur accueilli se désintéresse de leur langue !

On dit souvent que les familles accordent beaucoup d’indépendance aux jeunes et les traitent en adultes. Cela permet de gagner en indépendance, mais implique aussi des responsabilités !

Quelques bases linguistiques sont plus confortables et indispensables avant le départ.

Les méthodes d’enseignement utilisées habituellement en Europe du Nord et plus particulièrement en Scandinavie sont principalement basées sur l’échange, la discussion et le débat en classe, ce qui signifie qu’on attend des élèves qu’ils participent en cours d’une manière assez différente de ce à quoi ils sont habitués en général ailleurs. Les jeunes AFS arrivant dans un tel système trouvent souvent les relations élèves/enseignants très informelles, plus décontractées et, se basant sur leur propre culture, les jugent parfois moins sérieuses et moins respectueuses.

Attention : moins de règles strictes et plus d’indépendance ne signifient pas qu’il n’y a pas de respect ou de règles, mais au contraire que l’école s’attend à une grande maturité de la part de ses élèves, beaucoup d’autonomie et un vrai sens des responsabilités.

C’est une vraie opportunité que de pouvoir fréquenter un système scolaire si différent, cela représente une vraie chance d’enrichissement personnel : ne passez pas à côté ! Car même si l’atmosphère est plus détendue, les lycées qui acceptent d’accueillir des AFS demandent une implication scolaire importante de la part de ses accueillis/invités. Ils sont d’ailleurs tenus de rendre des comptes à AFS et aux autorités en charge de l’éducation sur la réussite de leurs programmes, et pourraient se montrer très stricts/sévères si un participant ne prenait pas au sérieux sa scolarité. Le programme AFS reste un programme scolaire, et si l’école décide de ne plus accueillir un participant, le programme prend fin et il rentre en France.

Il faut de la maturité pour comprendre qu’il n’est pas toujours simple de gérer l’absence de certaines règles formelles. Si vous vous sentez perdus ou avez peur de ne pas faire ce qu’il faut, demandez à votre famille d’accueil ou profitez de cette relation plus directe avec les professeurs et demandez-leur conseil.

Océanie

Pour les français, l’Océanie représente le continent du bout du monde et le dépaysement total, même si les deux pays qui y sont proposés par AFS (l’Australie et la Nouvelle-Zélande) ont un mode de vie occidental.

Ces deux pays sont extrêmement demandés et nous y avons peu de places.